Actualits pdagogiques lycee meymac
10/04/2018 Les Bac Pro en voyage d'étude à Valabre : leurs articles en français et en anglais
Article 1 écrit par : Corgier Matthieu, Fereol Julien, Boissy Mickaël, Brechard Emile, Gourguechon Julien, Benzitouni Alexis et Gerald Kiala.

Dimanche matin, nous sommes partis de Meymac en bus pour aller à l'écogîte nommé le « LOUBATAS ». Nous avons fait huit heures de bus. Nous ne nous sommes pas ennuyés pendant le trajet: nous avons regardé un film et nous avons fait plusieurs pauses. Quand nous sommes arrivés au « LOUBATAS », les professeurs nous ont expliqué les règles et nous avons choisi nos chambres. Le décor autour du gîte était très joli. Nous étions au milieu de la nature.
Le lundi nous sommes allés visiter l'écomusée. Nous avons beaucoup appris sur la forêt Méditerranéenne et nous avons vu la différence avec le plateau de Millevaches. Nous avons pu voir que c'est une forêt sèche à cause de la température (haute température).  Les habitants de la région utilisent la forêt pour beaucoup de choses, par exemple : l’agriculture, l'exploitation et le plus important, pour les loisirs.
Ensuite nous sommes allés voir dans le parc du musée les différentes essences de la région (pin d’Alep, chêne vert).
L'après-midi nous avons visité une forêt qui avait brûlée (feu de Rognac), nous avons fait cette visite avec un technicien forestier de la métropole Aix-Provence-Marseille. Nous avons vu que cela était impressionnant car après le feu la nature est paralysée mais les professionnels de la forêt essayaient de mettre en place différentes solutions pour aider la nature qui était détruite.
Mardi matin les forestiers sapeurs nous ont expliqué leur travail, nous sommes ensuite allés sur le chantier DFCI pour bûcheronner et l'après-midi, nous avons visité un chantier forestier sur le massif de l'étoile près de Marseille.
Mercredi matin nous étions avec une technicienne de l’ONF. Elle nous a expliqué comment cela fonctionnait et comment ils aidaient les pompiers à combattre le feu. L'après-midi nous sommes retournés sur le chantier DFCI.
Jeudi nous sommes allés dans le Var pour étudier le feu de st Maximin avec différents intervenants : un pompier (madame Vitalie) et des forestiers sapeurs.
Vendredi nous avons nettoyé le gîte, préparé nos valises puis nous avons rendu les clés à la propriétaire. Ensuite, nous avons chargé nos bagages dans le bus et nous sommes revenus à Meymac.
Pour conclure, nous avons découvert de nouveaux paysages et nous avons surtout réalisé qu'il était important de faire les travaux DFCI pour réduire les feux qui peuvent être très violents (destruction de la biodiversité et dans certains cas, des habitations).
 
   Sunday morning, we left Meymac by bus to go to the ecological cottage which is named «Loubatas ». We spent eight hours in the bus. We didn't get bored during the journey: it went fast because we watched movies and we had several breaks. When we arrived at « Loubatas » the teacher explained us the rules and we chose our bedroom. The view around the cottage was beautiful. We were in the middle of the nature.
   Monday, we visited the ecological museum. We learnt a lot about the Mediterranean forest which is so different than Millevaches Plateau. We could see that the forest was dry there because of the weather (hot temperature, wind). The inhabitants of this region use the forest for lots of things, for example: farming, harvesting and the most important: the leisure.
   Next we walked into the park of the museum to discover the different tree species of the region (Alep pine, Green oak).
   Secondly we visited a forest which has been burnt (fire of Roniac), for this visit we were with a forest technician of the metropolis Aix Marseille in Provence.
   We thought the view was impressive because after the fire the nature was paralyzed but the professional forest tried to do different things to help the nature which has been destroyed by the fire.
   Next, the Tuesday morning we met the forest firemen. They explained us their job. After that, we went to the DFCI site to cut trees.
   In the afternoon we visited a harvesting on the massif of the star next to the city of Marseille.
   Wednesday morning we were with a woman who worked for the ONF. She explained us how the ONF works and how they help the firemen to fight the fire.
   On the afternoon we went to the DFCI site.
   Thursday we went to the Var. We studied the fire of St Maximin with different professionals: firemen and forest firemen.
   Friday we cleaned the cottage, packed our luggage and we returned the keys of the habitation to the owner.
   Secondly we put the suitcases in the bus and we went back to Meymac.
   To conclude, we discovered new landscapes, we realized that it was important to do the DFCI works to reduce the fire that can be so violent (destruction of the biodiversity and of the habitation).   

Article 2 écrit par : Barriere-Naert, Bégé, Crouzel, Bourliataud, Cheype, Audy, Gebauer, Faure
Nous sommes partis à Valabre où nous avons rencontré les acteurs de la défense des forêts contre l'incendie. Le premier jour nous avons visité l’écomusée de Gardanne puis le passage du feu de Rognac en 2016.
            Le Mardi et le Mercredi nous avons rencontré les forestiers sapeurs qui nous ont appris leur métier et nous avons pu travailler avec eux sur un chantier d'éclaircie.
            En demi-journée nous avons rencontré un gestionnaire forestier très impliqué dans la DFCI dans le massif de l'étoile (13) et puis avec un intervenant de l'ONF qui nous a parlé du sylvopastoralisme caprin.
            Le jeudi nous avons rencontré une professionnelle du conseil départemental du Var près de St-Maximin. Elle nous a présenté le feu de la Croix Valmer ainsi que les acteurs de la lutte contre l'incendie comme les pompiers de St-Maximin et le comité communal des feux de forêt (CCFF).
            Nous sommes repartis le vendredi matin.

The PACA region, country of cypress and lavander, has a forest of more than 1554000 ha and 114 million of m³. The regional forest has increased to 2,9 millions of m³ but only 37% of the forest can be exploitable. The forest is exploited to supply thermal power station and to protect it against fires.
In the PACA region, 65% of the forest belongs to private owners but 67% of them own less than one ha. The PACA region is the second region most wooded in France with 49% of rate of afforestation.
 
The department of the Var is known for its hilly landscape. It is a department where the main activity is the vineyard and its production. The Var is very affected by the fire; the strong mistral can reach more than 80 km/h and can increase all around the fires, towards towns neighboring Saint-Maximin, a famous city in the Var. During these last years it has been affected by the fire. The town halls organized map plans to protect the city from fires.
 
The area of Bouches-du-Rhones is 5100 km² and there are 2 million inhabitants in there. Its administrative center is Marseille and the sub prefecture is Aix-en-Provence.
The number of this department is 13.
The department of the Bouche-du-Rhone is wealthy because it has an exceptional forest. 
It is necessary to protect it because the climate is warmer and warmer so the land is affected by drought. Therefore the fires are increasing for many years due to global warming and they are more and more devastating. To fight the fires 150 firemen are needed in the region. The department of Bouches-du-Rhones is the second most wooded department with 21% of forest.

Article 3 écrit par : Caroline Grégoire, Maxime Pinteau, Maxime Villieras, Baptiste Mergnat, Romain Maury, Erwan Roux et Lucas Sicaire

Notre chantier se situait à Peyrolles-en-Provence au bord d'une départementale très fréquentée. La forêt que nous avons exploitée était une futaie irrégulière, car il y avait différentes tailles et hauteurs. Cette forêt était constituée de pins d’Alep et de chênes verts. La particularité du pin d'Alep est que son cône peut pousser sur le tronc.

Les acteurs qui sont intervenus sur ce chantier sont:
  -l'ONF: ils ont désigné les arbres à couper pour l’éclaircie des poudrières.
  -les forestiers sapeurs et deux professeurs de technique: les forestiers sapeurs et les professeurs nous ont encadrés lors du bûcheronnage.
  -une entreprise privée : pour finir l'abattage manuel et le débardage.
 
Cette éclaircie a eu lieu pour assurer son rôle DFCI (Défense des Forêt Contre les Incendies). Nous éclaircissions les bois pour éviter la propagation du feu de houppiers en houppiers lors d'un incendie. Nous avons dû mettre les branches en andains pour que les Forestiers Sapeurs puissent  les décomposer avec leurs broyeurs.

Pour effectuer ce chantier, nous avons utilisé des tronçonneuses et des perches à élaguer thermiques pour les arbres d'avenir. Durant ce chantier nous avons pu échanger avec les Forestiers Sapeurs sur leurs méthodes de travail par rapport à leur région. Ce chantier nous a permis de voir une autre forêt et un mode d'exploitation différente de la nôtre. Leur bois n'est pas valorisé de la même manière, ils n'ont qu'un seul débouché: la trituration et le bois de chauffage (ils coupent les têtes de chêne vert en 50 centimètres pour les personnes des environs). De plus, leur bois est bien moins gros et moins long. Pendant ce chantier nous avons eu le mistral et même de la neige. Le dernier jour, les forestiers sapeurs nous ont invités à partager un moment de convivialité autour d'un barbecue dans leur dépôt qui se situait à Peyrolles-en-Provence.
 
Nous remercions nos professeurs qui nous ont entourés pendant ce voyage et les forestiers sapeurs de nous avoir accueillis, ainsi que le savoir qu’ils nous ont transmis sur leur métier.

The work was located in Peyrolles in Provence, next to the departmental road where there is a lot of traffic. The forest is irregular because there are different heights and different ages. The tree species of the worksite were the green oak and the pinus halepensis. The most distinctive features of these pines are their fir cone because they can grow on the trunk.

The National Forest Office selected the trees for a thinning out. The goal of this thinning was for ICFD (defense of forest against fire). In this work there were the teachers and the forester firefighters. We used a chainsaw and other tools to prune. Once we had cut the selected trees we collected the branches. Then we crushed them during the work. We have spoken with the foresters and we learnt that their forest is different: There are not big diameters and big length. We did paper paste in 2,20 meters. The top of the trees was cut in 0,50 meter in the green oak.
When we were there, the weather conditions weren't so bad but it was windy, it even snowed one morning. We had a barbecue with forester firefighters in their timberyard the last day. We had a good meal and we got on well with them.
During all the work and our study trip, there was a good cohesion and a good harmony between our class and the forester firefighters. 

Article 4 écrit par : Meyzat Rémi, Guillaume Jovani, Mallevialle Loic, Pagnon Clément, Mallet Quentin et Sinibaldi Thomas.

Pourquoi les grands feux sont-ils si fréquents dans le sud de France?
 
Les grands feux se trouvent dans le sud parce que ce sont des zones sensibles car il y a des perturbations météorologiques qui sont : de fortes chaleurs, canicules, le vent : mistral, tramontane.
Ainsi ces perturbations contribuent à des départs de feux et à leur propagation.
Les essences les plus inflammables sont présentes dans le Sud comme le Chêne Kermes, le chêne vert, le Pin d'Alep et le chêne blanc.
 
Quels sont les moyens de prévention ?        
 
Les moyens de prévention sont l'aménagement des pistes DFCI grâce aux forestiers sapeurs qui doivent nettoyer de 25 à 50 mètres de chaque côté de la piste avec des zones de manœuvre pour les pompiers.
- 1er moyen : Les FORSAP interviennent avec des machines forestières, ils coupent, ils broient les arbres et les herbes.
- 2ème moyen : Le sylvopastoralisme : l'élevage avec la sylviculture : Les brebis mangent les arbustes et les herbes. Cela permet d'entretenir les pistes DFCI.
 
Les sapeurs-pompiers ont construit des citernes d'eau.
L'été des personnes travaillent dans une tour de vigie et quand une petite fumée apparaît, une équipe de lutte contre les incendies est envoyée.
Quand un grand feu apparaît, des avions ainsi que des camions sont envoyés pour combattre le feu.
 
Qui sont les forestiers sapeurs ?
 
Les forestiers sapeurs sont des hommes qui ont des connaissances sur la forêt et le feu.
A Peyrolles-en-Provence, l'unité est constituée de 18 hommes, beaucoup de voitures avec des équipements pour combattre le feu, des camions et 4 broyeurs forestiers.
Ils travaillent l'été à surveiller les feux puis l'hiver durant à couper des bois et à entretenir des pistes DFCI.
 
Ce voyage nous a appris les moyens de prévention contre les feux de forêt.


 
In the South there are a lot of fires because there are high level risk areas. Furthermore, we know that there is a hard weather with strong heat, heat waves, winds as Mistral and Tramontagne.
So this atmospheric disturbance contributes to the beginning of fires and to their spreading.
The species in the South are the green oaks and also other oaks and many pines.
 
What are the different prevention systems?
 
These systems are the creation of the forest roads. The distance is fifteen or twenty meters on the right and on the left of forest roads. The forest firemen work with forest machinery as chainsaws or tractors. They cut the trees and the grass; another solution is breeding sheep, so these animals can eat the grass and the little trees. However, this solution is not so good because, despite guard dogs, the sheep are eaten by wolves.
Moreover, the firefighters have built water tanks and in the summer, a lot of people work in the vigi tower to watch the forest in three hundred and sixty degrees: When people see a little smoke, they immediately call two firemen with a truck.
 
Who are the forest firemen?
 
The forest firemen are numerous. They have got knowledge in the forest and they know how to struggle against the fire. Eighteen men work in the unit of Peyrolles in Provence. They are a lot of cars with water system for the struggle of the fire, four trucks and four crushers. During the summer their work consists in watching the skyline and if they see a little smoke, they immediately call their co-workers. During the other seasons, that it to say in Autumn, Winter and Spring they become foresters so they cut many trees and the grass next to the forest roads for a best defense of the forest against the fire.
These men of the unit of Peyrolles in Provence were very nice with us.



 


lycee meymac
Rue de l’ecole Forestière 19250 MEYMAC Tél : 05.55.46.09.09 - Fax : 05.55.46.04.59 | Accueil | Neuvic | Meymac | © Bsb Multimédia